Laurentides-Lanaudière Recherche sur la syndicalisation des petits groupes

Au cours de l’automne 2003, la FTQ Laurentides-Lanaudière collabore avec le Collège FTQ-Fonds et l’Université du Québec en Outaouais à une recherche sur la syndicalisation des petits groupes.

Au cours de l’automne 2003, la FTQ Laurentides-Lanaudière collabore avec le Collège FTQ-Fonds et l’Université du Québec en Outaouais à une recherche sur la syndicalisation des petits groupes. L’étude vise à mieux comprendre sous quelles conditions la syndicalisation des petites entreprises (20 salariés et moins) est possible et dans quelles circonstances elle est recherchée par les syndicats.

On vérifiera s’il existe des différences dans un même secteur d’activité économique ou selon les statuts et les types d’emploi. On verra aussi si nos approches de syndicalisation peuvent être développées pour répondre aux besoins de secteurs traditionnellement moins ciblés, comme le communautaire ou l’économie sociale.
D’autres questions se posent : y a-t-il des modèles d’organisation et de services qui assurent une certaine viabilité à ces petites unités ? Existe-t-il des approches gagnantes ? En somme, il s’agit de mieux comprendre la présence et la forme de l’offre syndicale dans les plus petites entreprises et organisations.

Une collaboration essentielle
Renaud Paquet est le chercheur mandaté pour effectuer le travail. Il souhaite rencontrer des organisatrices et organisateurs syndicaux pour des entrevues d’environ une heure et demie ainsi que quelques dirigeants et dirigeantes de petites unités.

« Nous sommes heureux que des partenaires de la FTQ acceptent de s’associer à ce projet qui permettra au mouvement syndical d’être mieux documenté sur les possibilités de syndicalisation des petits groupes et nous les en remercions. Nous souhaitons que les syndicats affiliés partagent notre enthousiasme envers ce projet », mentionne Lucie Clément, conseillère régionale de la FTQ dans Laurentides-Lanaudière.
La recherche est rendue possible grâce à une contribution de 2 000 $ des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC).